Mon approche

Les accompagnements proposés sont basés sur des approches comportementales et sont individualisés  pour répondre aux besoins de chacun

ABA

 

Principes

Les personnes qui se développent de façon « normale » apprendront spontanément dans leur environnement (apprentissage du jeu, du langage, des relations sociales).
Les personnes qui présentent un TSA sont capables d’apprendre, mais dans un cadre particulièrement structuré, dans lequel les conditions sont optimales pour développer les mêmes compétences que les autres personnes acquièrent naturellement.

L’ A.B.A. concerne les règles de mise en place de ce cadre.
L’ A.B.A. est basée sur des principes scientifiques et expérimentaux.
L’ A.B.A. emploie des méthodes basées sur la théorie de l’apprentissage et applique à l’autisme les principes comportementalistes.

Description et application

L’ A.B.A. comporte un programme de techniques de modification du comportement et de développement de compétences.


Elle se compose essentiellement de deux types d’enseignements :

 

L’enseignement « structuré » , assis au bureau, ainsi qu’un apprentissage scolaire classique. L’apprentissage est décomposé initialement en séances, répétées en successions rapides ( Essais Distincts Multiples) jusqu’à ce que l’enfant réussisse à répondre correctement sans guidance ou aide particulière.

Toute réponse ou ébauche de réponse correcte est renforcée positivement, c’est-à-dire suivie immédiatement par quelque chose de plaisant pour la personne (jouet, bravo,…), et toute autre chose est ignorée ou corrigée de façon neutre.

L’enseignement « incidental » qui s’applique partout (à l’école, à la maison, à l’extérieur…) et à tout moment possible : il s’agit de guider la personne:

  1. lors d’activités, de jeux, de loisirs afin de l’aider à jouer, à expérimenter et à découvrir son environnement

  2. lors des moments propices à l’apprentissage de l’autonomie personnelle comme les repas, la toilette, la propreté, …

  3. lors des moments concernant l’autonomie et l’intégration sociale comme les repas en collectivité, les activités de groupe, les sorties en société…

Là encore, toute action ou ébauche d’action adaptée est encouragée et renforcée par quelque chose qui plait et motive l’enfant.


De façon générale, l’enseignement se fait par petites étapes : Chaque compétence que l’on souhaite développer chez l’enfant est analysée en petites unités mesurables et enseignées une étape à la fois.

Lors de tout apprentissage, il est primordial de toujours tenir compte de la motivation et des intérêts de la personne pour qu’elle prenne plaisir à apprendre et à découvrir ce qui l’entoure. C’est le moteur même de sa réussite et de ses progrès. De plus, les progrès, les encouragements constants, les félicitations vont donner à la personne une image valorisante et structurante de lui-même ce qui contribuera encore à favoriser son développement et son envie d’apprendre.

Les parents pourront participer activement en recevant conseils et orientation du psychologue pour pouvoir appliquer le programme à domicile dans un but de généralisation, de continuité et de cohérence. C’est la généralisation des apprentissages concrets acquis dans les séances, et extrapolés dans l’environnement quotidien/social qui viendra participer au développement et renforcement des mécanismes et compétences recherchés.


L’A.B.A. est une intervention globale, menée partout, à tout moment possible. 

TEACCH

Treatment and Education of Autistic and related Communication handicapped Children 
Traitement et Education des enfants autistes ou présentant des troubles de la communication apparentés 

Programme de vie pensé pour les personnes avec autisme et ayant des troubles apparentés 
 
Ces objectifs sont fondés sur un double principe : 
 
1. Proposer des stimulations cognitives, perceptives, sociales, émotionnelles, adaptées au niveau de compétences de la personne 
 
2. Aménager, adapter l’environnement physique en fonction du niveau de développement de la personne 

 

Aujourd'hui TEACCH est:

- un modèle reconnu au niveau international

- une approche recommandée par la HAS  

- une approche globale (tous les milieux de vie)    

 

Adapter l’environnement (donner des repères) pour favoriser une meilleure intégration sociale  et prévenir les comportements problèmes.

PECS

Le PECS (Système de Communication par Échange d’Images) est une méthode permettant de mettre en place une communication fonctionnelle auprès de personnes avec autisme ou ayant une incapacité de communication orale.

Le Système de Communication par Échange d’Images a été développé en 1985 dans le cadre d’un programme pour enfants avec autisme du Delaware (USA). Ce système est actuellement proposé dans de nombreux pays du monde, comme moyen de communication, à des personnes ne parvenant pas à utiliser un langage oral intelligible ou fonctionnel (enfants, adolescents ou adultes porteurs d’autisme, de trisomie, de déficience intellectuelle, d’aphasie, de dysphasie, etc...). Le PECS peut être enseigné par des professionnels (éducateurs, orthophonistes, psychologues, enseignants…) et des parents, dans tous les endroits de vie.


Le PECS ne nécessite pas de matériel complexe ou onéreux et n’implique aucun Pré-Requis.

Le PECS est tiré des principes d’enseignement de l’Approche Pyramidale de l’Éducation qui est une application de l’ABA. 

Le PECS prend pour appui permanent la motivation de la personne et a pour but de l’amener à une communication spontanée et autonome. Son enseignement est rigoureux et passe par 6 phases d’apprentissage. Différentes études ont montré que le PECS n’entravait pas l’accès au langage oral mais qu’au contraire, il facilitait l’accès à la parole, particulièrement chez des enfants d’âge pré-scolaire. Dans tous les cas, il améliore la qualité de vie de la personne et de sa famille dans la mesure où il permet une communication efficace.

(Source: PECS France)

DENVER (ESDM)

 

Un programme spécifique

Le « Early Start Denver Model » - ESDM- est un programme élaboré spécifiquement pour l’intervention auprès d’enfants atteints d’autisme âgés de 12 à 48 mois (le programme peut toutefois être utilisé jusqu’à l’âge maximal de 60 mois).

Il a pour particularité de se baser sur le développement typique de l’enfant en regroupant les compétences habituellement observées selon 4 classes d’âge (12-18 mois, 18-24 mois, 24-36 mois et 36-48 mois).

Il s’inspire de divers modèles fréquemment utilisés dans le domaine de l’autisme. En effet, il empreinte à l’A.B.A (Applied Behavior Analysis) des stratégies telles que l’incitation des comportements, le principe des renforçateurs, l’analyse du comportement, l’apprentissage progressif ou encore la nécessité de capter et de maintenir l’attention de l’enfant.  Dans l’ESDM, tout comme dans la méthode PRT (Pivotal Response Training), les intérêts de l’enfant guident les séances, les tentatives de communication et de participation aux activités sont renforcées même lorsqu’elles n’aboutissent pas et les compétences acquises sont continuellement sollicitées dans le but d’assurer leur maintien.

 

Un programme complet

Tous les domaines du développement de l’enfant font l’objet d’une évaluation et d’une intervention : communication (réceptive et expressive), compétences sociales, imitation, jeu, cognition, motricité (fine et globale) et autonomie. Une évaluation régulière des compétences de l’enfant est effectuée, toutes les 12 semaines, à l’aide de la « Curriculum Checklist ». Ainsi, sur la base des compétences émergentes de l’enfant ainsi que des priorités des parents un plan d’intervention à court terme est élaboré. Les objectifs sont  adaptés aux besoins spécifiques de l’enfant à une période donnée.

L’ESDM prévoit l’accompagnement de l’enfant au sens large. En effet, il a pour volonté de développer un réseau comprenant les différents professionnels en lien avec l’enfant. Les parents jouent quant à eux un rôle majeur puisqu’ils sont considérés comme étant les membres centraux de l’équipe.  

Un programme ludique

Le jeu et l’affect positif sont au cœur de l’intervention. L’intervenant suit la motivation et les intérêts de l’enfant, c’est donc ce dernier qui effectue le choix des activités. Le travail de l’intervenant est alors d’insérer, au sein du jeu de l’enfant, un apprentissage des compétences déterminées par les objectifs. Le jeu est rythmé par une succession de tours de rôles entre l’intervenant et l’enfant, aussi bien dans l’imitation que dans l’élaboration de l’activité. Les interactions sociales sont donc continuellement sollicitées.

L’affect positif est une priorité dans chaque activité. Les tentatives de communication de l’enfant, qu’elles soient verbales ou non verbales, sont soutenues par une réponse positive, des félicitations et un affect hautement positif.

Méditation de pleine conscience

La pleine conscience résulte du métissage de pratiques méditatives connues depuis la  Haute Antiquité avec les méthodes scientifiques de la psychologie et de la pédagogie du XXIe siècle.

Les pratiques de Mindfulness sont proposées sous des formes adaptées et ludiques pour les enfants et les adolescents.

 

Ces pratiques ont plusieurs bénéfices:

- Optimiser ses capacités d’attention (une des compétences les plus corrélées à la réussite)

- Etre plus concentré

- Améliorer confiance et estime de soi

- Apaiser le stress et toutes les peurs

- Renouer avec sa motivation personnelle

- Devenir plus efficace dans son travail scolaire mais aussi dans tout projet personnel

- Se sentir plus calme et apaisé

- Chasser la fatigue et retrouver un sommeil réparateur

- Améliorer ses relations aux autres, à ses amis, à ses parents, dans sa famille…

- Booster le système immunitaire et l’énergie psychique

- Retrouver une profonde joie de vivre

- Se sentir mieux dans sa peau et dans sa tête !

Approches cognitivo-comportmentale (TCC)

 

La thérapie cognitivo-comportementale est une thérapie brève, validée scientifiquement, qui vise à remplacer les idées négatives et les comportements inadaptés par des pensées et des réactions en adéquation avec la réalité. La TCC aide à progressivement dépasser les symptômes invalidants.

Bien adaptée aux enfants, la TCC répond avec satisfaction aux problèmes d’énurésie, de phobie scolaire, aux troubles oppositionnels et de conduite, aux troubles déficitaires et de l’attention (hyperactivité)

Le but de la TCC est d’aider la personne à trouver – ou retrouver – son autonomie et des relations interpersonnelles plus faciles.

Pour ce faire, la TCC cible les objectifs suivants :

- s’affirmer, en se confrontant aux situations stressantes par une habituation progressive,

- endiguer de façon pragmatique le symptôme sous ses multiples formes, en modifiant les a priori et les idées obsédantes véhiculées par l’anxiété.

- travailler à la restauration revalorisante de sa propre image, en reconsidérant ses réelles qualités et potentialités,

- lutter contre les conflits internes et les croyances anxiogènes (sources d’anxiété),

- chercher des moyens alternatifs, qui permettent d’identifier et de corriger les pensées automatiques.

© 2017 par Maddy Colomine

Tél : 06 28 57 74 49

Maddy Colomine

Psychologue

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon