Haut Potentiel Intellectuel

Définition

Le Haut Potentiel Intellectuel (HPI) se définit par une "avance" intellectuelle qui se traduit par un Quotient Intellectuel (QI) supérieur à 130.

Cependant, ce n'est pas qu'une avance c'est aussi une intelligence différente, une sensibilité différente.

Plusieurs termes

Vous pouvez rencontrer différents termes faisant référence au "Haut Potentiel Intellectuel", voici quelques définitions pour vous aider à vous y retrouver:

HPI = Haut Potentiel Intellectuel.

Synonyme de surdouement, de douance. On parle souvent d'"enfants HPI" pour dire "enfants intellectuellement précoces", "enfants surdoués".

THPI = Très Haut Potentiel Intellectuel.

Variante de HPI qui souligne un très haut QI, sous entendu au delà de 145.

HP = Haut Potentiel.

Autre variante de "HPI"... sans le i 

EIP = Enfant Intellectuellement Précoce

(parfois Élève Intellectuellement Précoce). Vous avez probablement rencontré (ou vous rencontrerez !) ce terme d'EIP dans les documents émanant principalement de l'Éducation Nationale, car c'est le terme retenu depuis le rapport Delaubier pour qualifier les enfants surdoués 

 

HQI = Haut Quotient Intellectuel.

Par convention internationale, un QI est qualifié de "haut" à partir de 130 sur l'échelle de Wechsler

 

THQI = Très Haut Quotient Intellectuel.

Variante de HQI, un très haut QI s'utilise généralement pour un Quotient Intellectuel à partir de 145 

Zèbre = surdoué = HPI = EIP.

Un "zèbre" n'est rien de plus qu'une personne surdouée. La psychologue Jeanne Siaud-Facchin est à l'origine de ce terme qui visait à désigner les personnes à haut ou très haut QI sans user d'un mot jugé agressif ou connoté.

 

APIE = Atypique Personne dans l'Intelligence & l'Emotion,

Selon le terme inventé par le pédagogue français Jean-François Laurent (rarement utilisé dans la littérature scientifique & spécialisée)

(Source: "Les Tribulations d'un petit zèbre")

Evaluation

 

Le professionnel pouvant évaluer les signes de la présence d'un HPI est le psychologue/ neuropsychologue. Pour cela il utilise un test d'efficience intellectuelle qui peut être complété par d'autres évaluations.

 

Les tests mesurant l'efficience intellectuelle les plus utilisés en France sont les échelles de Wechsler :

 

- WPPSI-IV (Wppsi dans sa 4ème version), depuis 2014: enfants en âge préscolaire de 2 ans & 6 mois, à 7 ans & 3 mois.

 

- WISC-IV (Wisc dans sa 4ème version), depuis 2004: enfants en âge scolaire de 6 ans à 16 ans & 11 mois.

 

- WAIS-IV (Wais dans sa 4ème version), depuis 2011: adolescents & adultes de 16 ans à 79 ans & 11 mois.

 

On peut également utiliser le K-ABC-II (K-ABC dans sa version 2), pour les enfants de 3 ans à 12 ans & 11 mois uniquement.

Attention: quel que soit le test choisi, les résultats obtenus ne sont qu'un "cliché" des compétences cognitives de la personne à un moment donné. En effet, ils fluctuent en fonction de la motivation, de l'état psychique (stress, anxiété, etc.). De plus, le QI mesure surtout les compétences logico-mathématiques et verbo-linguistiques mais pas les autres formes d'intelligence: créative, émotionnelle, etc.

Dans le cadre d'un bilan psychologique complet il est nécessaire d'évaluer également l'anxiété, l'humeur, le perfectionnisme, l'estime de soi, la motivation, la qualité de vie et la qualité des relations sociales.

Accompagnements proposés

- Suivi psychologique: acceptation de la différence, estime de soi, régulation des émotions, etc.

- Groupes d'habiletés sociales: codes sociaux, être avec des pairs, régulation des émotions

- Guidance parentale

Différents profils

Dans les années 80, 2 spécialistes américains, Georges Betts (enseignant spécialisé à l'Université du Colorado & président de la National Association of Gifted Children) & Maureen Neihart (docteur en psychologie), ont dégagé 6 grands profils d'élèves à haut potentiel intellectuel, suite plusieurs années d'étude & d'observations.

Type I – "The successful", l’élève qui réussit

On considère que 90% des enfants HQI / THQI identifiés à l'école primaire sur conseil du corps enseignant correspondent à ce profil. L'élève qui réussit sans souci apprend bien, fonctionne sans difficulté à l'école, sans se faire remarquer & obtient de très bons résultats aux tests de QI. Il est souvent très apprécié des enseignants.
Il recherche toujours l’approbation des adultes, ou des personnes qui jouent un rôle dans sa vie, est conformiste & pas particulièrement affirmé. Il prend peu de risque de peur d'être mis en situation d'échec. Généralement (très) perfectionniste, il lui arrive rarement d’éprouver des troubles de comportement à l’école.

 

Type II – "The challenging", l’élève provocateur

 

Extrêmement créatif & à la pensée divergente, il peut toutefois sembler obstiné, manquer de tact ou être sarcastique. Ce 2nd profil est peu fréquemment identifié comme HPI par les enseignants car particulièrement non-conforme au système scolaire ! Son ennui en classe est manifeste, & l'attitude de ce type d'élèves peut être source de conflits.
Il a une forte tendance à corriger les adultes, à mettre en doute les règles, à très mal maîtriser ses émotions & à défendre ses convictions de manière frontale, tant à l’école qu’à la maison.

 

Type III – "The underground", l’élève effacé

Fréquemment de sexe féminin, cet élève est dans le déni de ses capacités intellectuelles hors norme. Il refuse d’admettre son surdouement pour être accepté par les autres, ce qui a pour conséquence des capacités d'adaptation importantes (il est un excellent caméléon), mais allant de paire avec une immense frustration, une mise sous pression intense & une
difficulté à exprimer ses sentiments profonds. Le tout donnant un manque d'assurance & une très mauvaise estime de soi.
Les résultats scolaires vont de moyens à bons, & c'est un profil que l'on retrouve souvent en fin de primaire ou début de secondaire.

 

Type IV – "The dropout", l’élève décrocheur

Il est en colère (d'ailleurs, dans la littérature anglophone on le retrouve sous 2 noms : "the dropout" & "the angry") & toujours sur la défensive : il en veut aux adultes, à la société toute entière mais aussi à lui-même.
Il a le sentiment que le système scolaire n’a pas su répondre à ses besoins depuis un certain nombre d’années. Ayant une très mauvaise estime de soi, il se sent rejeté & est souvent amer & plein de rancœur. Cet élève refuse de faire ses devoirs & ses résultats ainsi que son rendement scolaire ne sont pas uniformes. Il donne l’impression de posséder des aptitudes intellectuelles moyennes, voire inférieures.
Ce profil peut prendre la forme d’enfants qui dérangent & profitent des autres ou, au contraire, d’élèves très effacés & non-présents en classe.

 

Type V – "The twice-exceptional", l’élève doublement exceptionnel

C'est un enfant qui malgré son haut potentiel intellectuel cumule, soit des troubles d’apprentissage, soit des troubles affectifs ou encore un Trouble du Spectre Autistique, un handicap physique. Bref, il n'est pas "que" surdoué, il une seconde particularité qui le rend doublement exceptionnel, mais aussi, qui peut parfois rendre plus compliquée l'identification de son surdouement.
Il ignore souvent ses grandes capacités & a une faible estime de soi. Son travail peut être de qualité inférieure ou relativement incomplet du fait d'une lenteur en classe à exécuter les tâches demandées. L’échec représente pour lui une grande source d’anxiété & il peut adopter un comportement perturbateur en cours.

 

Type VI – "The autonomous learner", l’élève autonome

C'est un élève indépendant, sûr de lui & très enthousiaste à l'idée d'apprendre. Souvent autodidacte, il s'accepte & est tout à fait capable de prendre des risques.
Il est persévérant & aime se lancer des défis, il défend facilement ses convictions & est très bien accepté par ses camarades comme par les enseignants & les autres adultes.
Cet élève exprime librement ses sentiments, ses besoins & ses objectifs. Il a une estime de soi favorable, scolairement parlant il réussit bien & se sert du système scolaire à bon escient pour se créer de nouvelles occasions. Il suscite souvent admiration & sympathie.

 

 

Mais les choses sont souvent plus compliquées qu'il n'y paraît.

(Source: Les Tribulations d'un petit zèbre)

© 2017 par Maddy Colomine

Tél : 06 28 57 74 49

Maddy Colomine

Psychologue

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon